Rédiger pour le web

Ce n'est plus un secret, l'écriture sur le web est différente de l'écriture papier. Le web développe ses propres compétences, sa propre méthodologie et ses propres codes.

L'écriture papier et l'écriture web se différencient car le support n'est pas le même. On feuillète un magazine alors qu'on visite un site…

L'espace de lecture du web est horizontal et limité. Les contenus s'organisent sans sommaire et à travers une logique de navigation.

Le format écran est une contrainte pour la lecture. D'après Kob Nielsen et John Morkes dans leur étude Designing Web Usability :

  • On lit 25% moins vite à l'écran que sur papier
  • 79 % des internautes scannent (balayent) les textes au lieu de les lire
  • Le volume typique d'une page web est d'environ 2500 signes
  • On perd 50% de l'information sur le web

Depuis quelques années, des techniques et des méthodes se mettent en place pour optimiser la lecture sur le web. Par exemple :

  • Faire des textes 50% plus courts que pour le papier
  • Faciliter le "scan" en mettant les mots importants en gras et en multipliant les sous-titres
  • Découper les articles en plusieurs pages : la première page résume le texte et en présente les points essentiels. Cette première page contient des liens vers des pages développant les idées secondaires.

C'est ce que nous allons voir tout au long de ce dossier.

  • Les spécificités de l'écriture sur le web

    Il faut tout d'abord savoir que la lecture sur le web est plus fatigante à cause du scintillement, de la luminosité et du format de l'écran.

    Cette fatigue visuelle engendre quelques conséquences :

    • Une lecture impatiente : on souhaite accéder rapidement à l'information, dans une logique du moindre effort puisque la lecture prolongée est fatigante. On préfère butiner.
    • Une lecture plus passive : sans annotations, ni surlignage, ni archivage, ni classement, …

    Lorsqu'on lit à l'écran, il y a deux temps d'accès à l'information :

    • La phase de recherche : dans laquelle on valide la présence de l'information recherchée, on identifie le cœur de l'information et tout ceci dans un temps le plus court possible.
    • La phase de lecture : Le temps est compté lorsqu'on lit sur le web. En général, les internautes mettent environ 5 minutes pour visiter un site et restent environ 1 minute sur chaque page. Il faut savoir que la vitesse de lecture est estimée à 200 mots par minute.

    Rédiger pour le web

    En définitive et avec toutes ces spécificités, le taux de lecture d'un texte sur le web est de 72%.
    98% si le texte est court et 62% s'il est long.

    Pour optimiser la lecture, la rendre plus agréable et adaptée aux spécificités du web, des techniques d'écriture ont été mises en place.

  • Les techniques d'écriture web 1/3

    Pour que le lecteur lise le plus possible votre contenu, plusieurs éléments sont à mettre en œuvre.

    La loi de proximité

    L'internaute est attiré et intéressé par ce qui lui est proche. Les médias et la presse utilisent beaucoup cette méthode pour augmenter l'audience. Il faut que le lecteur se sente concerné directement et personnellement par ce qu'il va lire. Il faut donc bien identifier sa cible pour établir un plan de rédaction.

    • Il faut une proximité géographique. L'internaute doit connaitre le lieu où se passe l'évènement (sa commune, sa ville, son pays). Plus le périmètre est proche, plus l'internaute sera impacté.
    • Il faut également une proximité chronologique en privilégiant ce qui est près du lecteur dans le temps. Ce qui se passe aujourd'hui, hier ou demain aura plus d'impact que ce qui s'est passé ou va se passer dans un mois.

    La loi de proximité

    La proximité sociale est aussi importante et se réfère aux problèmes de société qui touchent directement le lecteur.

    D'autres lois de proximité sont utilisées comme la rareté, la notoriété, le spectaculaire, … Pour utiliser la loi la plus adaptée, il faut avant tout répondre aux besoins de l'utilisateur en se posant les questions suivantes :

    • De quoi l'utilisateur a-t-il besoin ?
    • Que vient-il chercher ?
    • Quelle est la valeur réelle de l'information que je lui présente ?
    • Comment dois-je présenter l'information pour capturer son intérêt ?
  • Les techniques d'écriture web 2/3

    La règle des 5 W et des 2 H

    Le titre, l'attaque ou la première phrase sont essentiels. Ils doivent indiquer au lecteur s'il doit continuer ou non à lire. Il ne faut donc pas se tromper sur les informations à rédiger.

    Pour vous aider à choisir la bonne information, il faut utiliser la règle des 5 W et des 2 H.

    La règle des 5W doit vous aider à répondre aux questions que se posent les lecteurs Who, what, why, when, where. Ce qui donne en français Qui, quoi, pourquoi, quand et où.

    Cette règle va vous permettre de structurer vos messages et de vérifier qu'aucun aspect important n'a été oublié.


    La règle des 5w

    Idéalement, on peut ajouter les 2H de How et How many. En français : comment et combien.

    La pyramide inversée

    Pour vous aider à bien organiser tout ce contenu et atteindre efficacement votre cible, vous pouvez vous baser sur le principe de la pyramide inversée :


    Pyramide inversée
  • Les techniques d'écriture web 3/3

    Le choix du genre et de l'angle d'attaque

    Vous souhaitez rédiger un contenu sur un sujet particulier, mais comment l'aborder ? Pour intéresser votre lecteur, il faut choisir l'angle à partir duquel vous allez rédiger.

    Comme expliqué auparavant, la proximité est importante dans le choix du sujet. Mais au bout d'un certain temps, l'internaute va se lasser de lire les mêmes choses, autour des mêmes problématiques. Il faut donc lui apporter un éclairage neuf.

    D'abord, il faut choisir le genre de l'article :

    • Reportage : témoignages, descriptions, combinaison d'observations et citations
    • Actualités : contenu factuel, professionnel, exhaustif, impartial
    • Analyse : arguments, développement, conclusion
    Le choix du genre et de l'angle d'attaque

    Puis, choisir l'angle d'attaque :

    • Humain (stupeur, tristesse, désarroi, héroïsme, incrédulité, etc.)
    • Économique (coût, répercussion sur la communauté, croissance, inflation, etc.)
    • Politique (enjeux, conséquences au niveau mondial, position du monde politique, etc.)
    • Historique (précédents, à venir, situations comparables, etc.)

    Si vous suivez ces quelques règles, vos contenus sur le web commenceront à intéresser les internautes. Mais l'optimisation du contenu ne s'arrête pas là. Il faut ajouter à ça :

    • Une bonne organisation spatiale des éléments
    • Un choix des polices et des couleurs lisible et cohérent
    • Une mise en relief de texte, en mettant certains mots en gras par exemple…
  • Le référencement naturel

    C'est bon, votre contenu est prêt à être lu et décortiqué par les internautes. Mais, encore faut-il qu'ils le trouvent…

    Il faut toujours que vous ayez en tête que vous écrivez pour être lu, mais aussi, pour le référencement naturel. C'est en choisissant correctement vos mots clés et vos expressions que vous pourrez ressortir sur les moteurs de recherche.

    Quelques principes à retenir :

    Le référencement naturel

    Vous pouvez aller encore plus loin avec le panel d'outils disponible sur Internet.

    • Utilisez les générateurs de mots clés comme Google Adwords
    • Tirez profit de Google Trends pour connaître la popularité d'un terme sur une période donnée
    • Faites appel aux outils de suggestion de mots-clés proposant des expressions connexes pendant que l'internaute tape sa requête, par exemple Google Suggest
    • ...
  • Les réseaux sociaux

    La rédaction web ne s'applique pas seulement aux sites Internet. Les réseaux sociaux utilisent beaucoup le rédactionnel. Chaque réseau social a ses propres codes, ses propres objectifs et ses propres méthodes de publication. Avant de se lancer son entreprise sur les réseaux sociaux, il faut :

    • Définir les cibles : Age, localisation, usages du web, attentes vis-à-vis des produits ou de l'entreprise, …
    • Définir les objectifs de sa présence sur les réseaux sociaux : Communiquer, promouvoir, dialoguer, accompagner, recruter, …

    Il faut définir ces points pour choisir le bon réseau social. Pour qu'il vous apporte une véritable plus-value ou un complément de ce qui est déjà mis en place. II faut véritablement que vous vous appropriez le ou les réseaux sociaux choisis car il n'y a rien de pire pour l'image de marque qu'un profil sans vie.

    Par exemple :

    Facebook

    Facebook est intéressant pour :

    • Informer et mobiliser ses fans
    • Créer du trafic et du dialogue
    • Promouvoir une image
    • Développer sa relation client
    Twitter

    Twitter est utilisé pour :

    • Dialoguer et informer en temps réel
    • Gérer sa relation client
    • Augmenter sa visibilité

    Google plus

    Google + permet :

    • D'améliorer son référencement
    • De valoriser son image
    • D'accroitre son influence
    Google plus

    Viadeo et Linkedin servent à:

    • Recruter des collaborateurs et des partenaires
    • Diffuser et partager son expérience et son actualité

    Il existe beaucoup d'autres réseaux sociaux qui ont des objectifs différents et complémentaires. Pour en savoir plus vous pouvez consulter le dossier précédent.

  • La newsletter

    La newsletter est un levier intéressant et un élément qui doit s'inscrire dans une stratégie globale de communication et/ou de marketing d'une société. La newsletter permet de :

    • Développer sa notoriété
    • Recruter des prospects et fidéliser les abonnés
    • Renforcer son image de marque
    • Communiquer sur l'actualité, les produits ou les services
    • Susciter l'adhésion de partenaires
    • Drainer du trafic
    • ...

    Pour rédiger une newsletter efficace, il faut inévitablement définir les cibles (B2C, B2B) et définir les objectifs de la newsletter. A partir de là, on peut choisir parmi les grands types de newsletters :

    • La lettre d'entreprise (axée sur l'actualité de l'entreprise)
    • La lettre magazine (informations thématiques orientées usages, services, conseils, produits, …)
    • La newsletter marchande (valoriser un produit ou une offre)
    • ...
    La newsletter

    Comme vous avez pu le voir tout au long du dossier, la rédaction web est complexe. Elle demande un certain investissement, une bonne réflexion et beaucoup de méthodologie. Chaque support a ses propres codes.

    Mais, des contenus réfléchis et optimisés pour le web apportent une véritable plus-value en termes de communication, de marketing, d'information et d'image de marque.